top of page

Tribune de septembre / octobre / novembre 2022

Christophe GREFFET

Président du groupe « L’Ain pour tous »


Nous adapter au climat exige dès à présent de transformer notre département !


Où que l’on ait regardé cet été, à l’échelle hexagonale ou mondiale, le dérèglement climatique s’est partout manifesté avec sa cohorte de catastrophes. Si l’Ain a semblé moins exposé à ces événements que beaucoup d’autres départements, il a néanmoins connu la désolation des cours d’eau à sec, des forêts asséchées et des chaleurs étouffantes. Sans compter les effets dévastateurs dans la durée du manque d’eau et des températures élevées sur les sols et les cultures.


Le temps n’est plus à la seule gestion de l’urgence. Partout en France, la lutte contre les incendies a démontré une nécessaire anticipation en termes de prévention et d’équipements adaptés. C’est au fond le modèle de sécurité civile et les moyens qui lui sont consacrés qui doivent être repensés.


Nos efforts doivent plus que jamais porter sur la décarbonation des activités, l’usage approprié de l’eau et l’urbanisation adaptée aux risques naturels. Autant de transformations profondes auxquelles le Département doit s’atteler.


Disposant d’un vaste réseau routier, l’Ain a capacité à mailler ses territoires de vélo routes dédiées aux déplacements du quotidien et à l’itinérance touristique. Il doit aussi repenser avec la Région -chef de file de la mobilité- le développement de moyens de transport collectifs à destination d’habitants toujours plus nombreux. C’est aussi l’usage de l’eau à des fins agricole et domestique qui appelle des solutions concrètes. L’aide au stockage éco-responsable est assurément une mesure incitative forte.


Dans un département qui gagne en habitants, il convient d’investir massivement dans l’adaptation du parc public de logements au réchauffement climatique. L’effort porté par la collectivité est un levier indispensable au maintien du confort de vie et à la lutte contre la précarité énergétique.


Ces défis peuvent être relevés. La seule action de l’Etat n’y suffira pas. Les collectivités locales et les départements sont prêts à s’engager pour peu que les rôles et les moyens soient pleinement partagés.





0 vue0 commentaire

댓글


bottom of page