top of page

Tribune de juin / juillet / aout 2023

Christophe Greffet

Président du groupe « L’Ain pour tous »


L’explosion des recettes départementales doit servir les Aindinois


Avec un rebond de ses recettes de 62 millions d’euros, le Département dispose de moyens conséquents pour répondre aux urgences qui s’imposent à lui. Cette explosion de la ressource fiscale nous conduit à proposer un vaste plan permettant d’assumer les besoins des habitants et l’impératif de la transition environnementale.


Le logement est un secteur clé dans un département qui accueille 6000 nouveaux habitants chaque année. Au moment où tant d’Aindinois peinent à se loger et les mises en chantier régressent, il convient d’accélérer la création de logements à loyer modéré grâce à un soutien appuyé des bailleurs sociaux. L’ambition de créer 1000 logements sociaux supplémentaires par an est à notre portée.


Le confort des élèves et la suppression des passoires thermiques exigent d’entreprendre sans attendre de vastes chantiers d’isolation et de rénovation des 51 collèges dont nous avons la charge. Faute d’avoir entrepris des travaux, nombre d’établissements génèrent aujourd’hui des coûts énergétiques importants pour la collectivité et engendrent l’insatisfaction de ceux qui y travaillent au quotidien. D’autres départements, très inspirants, se sont lancés dans de grands chantiers et atteindront leurs objectifs d’ici peu années.


Des dizaines de millions d’euros de recettes supplémentaires doivent également permettre d’améliorer la restauration des collégiens dans un département qui dispose de filières agricoles d’excellence. C’est aujourd’hui un angle mort de la politique départementale et nous le regrettons. Apporter plus de 50% de produits de qualité dans les assiettes des collégiens s’impose. Le respect de la loi n’est pas le seul argument : il s’agit avant tout de nourrir sainement les 36000 collégiens de l’Ain.

Afficher 62 millions d’euros supplémentaires permet également d’être ambitieux pour la santé des habitants avec le recrutement possible de plusieurs dizaines de médecins salariés tel que le fait la Saône-et-Loire voisine. Un habitant de l’Ain sur six ne dispose pas de médecin traitant. Cette difficulté d’accès à la médecine doit être le combat prioritaire de l’action départementale.


Notre département bénéficie de véritables leviers financiers. Saisissons-les pour répondre aux aspirations des Aindinois !



0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page