top of page

Guy LARMANJAT - Question au Président sur la Politique Vélo - Session mai 2022

SESSION DE L’ASSEMBLÉE DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE L’AIN

LUNDI 16 MAI 2022


QUESTION AU PRÉSIDENT DE GUY LARMANJAT

RELATIVE AU PLAN VELO



Monsieur le Président, Chers collègues, Mesdames et Messieurs,


Après un début de propos liminaires très politiques et nous avoir asséné « LR je suis, LR je resterai » comme pour mieux vous convaincre vous-même, suite à défection dans votre exécutif, vous nous avez expliqué que votre motivation était - mais je crois qu’elle est partagée par tous les élus départementaux de l’Ain de mettre en œuvre nos compétences, être plus lisible et utile à la population.


Alors, quand notre collectivité a la chance de pouvoir exercer une large compétence, très utile aux yeux de nos citoyens, il est plus que dommageable de voir notre institution s’en délester aux dépens du bloc commune/intercommunalité. C’est pourtant le cas pour la mobilité douce dans l’Ain.


Nos collègues de l’Ardèche sont un modèle dans la Région, avec 350 km de voie douce et 200 km de surlargeurs sur leurs routes. Dans l’Ain nous sommes très en retard avec seulement 50km pour la ViaRhôna et une ViaSaôna tout juste en cours de construction.


Le nouveau Plan Vélo que vous nous présentez n’apporte rien de nouveau par rapport au précédent. Si ce n’est de nous apprendre que le Département propose « généreusement » de céder les surlargeurs des routes départementales aux communes et intercommunalités. Ce « don » leur laissera à charge l’essentiel, à savoir les aménager et les entretenir.


C’est bien là, Monsieur le Président, que notre point de vue diverge. Les investissements que nous devons porter doivent avant tout concerner nos propres infrastructures pour les rendre utiles et pertinentes dans l’avenir.


Au moment où le département élabore un schéma départemental de la mobilité et malgré des propos introductifs très volontaristes, vous vous recroquevillez sur une seule mobilité : celle de la voiture, alors que nous avons une chance unique de développer plusieurs formes de mobilité sur un même espace.


Rappelons que la voirie est une compétence que le Département maitrise depuis de nombreuses années avec une expérience et une richesse de savoir-faire détenues par nos agents. Il est donc incompréhensible que vous ne souhaitiez pas prendre en charge l’entretien des voies cyclables sur le domaine départemental. Pourquoi refuser de préparer notre collectivité aux enjeux de demain ?


Je vous remercie.

2 vues0 commentaire

Σχόλια


bottom of page