top of page

Christophe GREFFET - Intervention sur la décentralisation - Session juillet 2022

SESSION DE L’ASSEMBLÉE DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE L’AIN

LUNDI 4 JUILLET 2022


INTERVENTION DE CHRISTOPHE GREFFET

RELATIVE À LA DÉCENTRALISATION



Monsieur le Président, Mes chers collègues,


Nous faisons le bilan de cette longue séquence électorale, comme vous, de ces mois derniers. Je me dis que les citoyens se sont invités là peut être où on ne les attendait pas puisque – chacun le sait bien – à l’issue du scrutin législatif les citoyens ont inventé la proportionnelle avec un scrutin uninominal à deux tours et je serais peut-être moins pessimiste que vous pour l’avenir.


Laissons le premier ministre et son gouvernement agir, négocier, je crois que si le régime devient davantage parlementaire qu’il ne l’était – en tous cas moi je m’en réjouis – loin d’un exercice trop narcissique du pouvoir comme on l’a dénoncé.


Ce que je regrette pour ma part, c’est évidemment que le vote en particulier en faveur du Rassemblement National dans ce Département et dans sa quatrième circonscription finit par s'enkyster et même s’installer dans la normalité il y a - en tous cas - une bataille à mener pour le vote populaire de manière tout à fait certaine.


Je me méfie aussi des cris d’effroi qui nous diraient que -au fond - la France serait ingouvernable. Ce qui reviendrait à dire que la France devrait être tenue, et sous-entendu par certains pour mieux – parfois – préserver certains grands intérêts et donc – au fond – sans répondre aux aspirations populaires. C’est bien aussi le résultat des élections que nous avons connus.


Et pour ce qui est des questions, parce que je suis dans cette séquence, des interrogations, je voudrais dire qu’il n’y a pas de questions déplacées de notre part à votre égard. Sans doute certains propos ont outrepassé les pensées de leurs auteurs. Il y a simplement une exigence d’une minorité à l’égard de qui pilote ici.


En tous cas, ce que j’espère - comme vous Monsieur le Président – c’est que la ligne politique nationale sera effectivement clarifiée mercredi prochain. Ce sera vrai, je l’espère, de la question éducative, de la culture, de la question de la réforme des retraites aussi. Mais nous savons bien que l’essentiel des décisions prises à Paris sont traduites au plan local. C’est vrai de cette loi Climat et résilience dont vous avez parlé avec une nécessaire transcription de ces obligations dans nos documents communaux et intercommunaux d’urbanisme. C’est vrai de la réduction de notre empreinte carbone pour pouvoir développer des mobilités douces. Notre Département et d’autres collectivités sont convoqués sur ce sujet. C’est vrai également de la réduction de l’empreinte carbone et effectivement de la production du mix énergétique. Et notre Département prend sa part en étant actionnaire de la Société d’Economie mixte Les énergies de l’Ain (SEM LEA). Je pourrais ainsi multiplier les exemples.


Je plaide comme vous pour une grande Loi de décentralisation qui à nouveau fasse confiance aux territoires, leurs donne capacité et moyens à agir. Cela reste effectivement à prouver.


Il y a un dernier point, je suis ravi de constater que la circonspection dont nous avions fait preuve à l’occasion d’une précédente session concernant l’accueil de la flamme olympique. Eh bien cette circonspection soit partagée et part les élus de la majorité et par certaines personnalités sportives que vous questionnez.


Ce que nous souhaitons, et nous le redisons, c’est que ces moyens, peut être d’un autre montant, sont en tous cas affectés effectivement aux établissements scolaires et nos collèges mais également au tissu sportif départemental qui sur la base d’appel à projet ont effectivement portés des actions fortes ici dans le territoire sans pour autant mettre en jeu autant de moyens dédiés à l’organisation nationale.

1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page